(en savoir plus)
Nous vous proposons de méditer sur les Lectures du jour

emailsparoisse.stejeannedefrance@diocesechartres.com

flecheRed  L'église Saint Pierre et la chapelle Sainte Geneviève (Senantes)


 

Senantes StPierreL'église Saint Pierre de Senantes

Pendant le Moyen-âge, la seigneurie de Senantes dépendait de l'abbaye de Coulombs.

Ce qui caractérise l'église de SENANTES, c'est d'abord l'absence de clocher. II apparaît que l'édifice est amputé de deux travées, ce qui ramène ses proportions actuelles à 23,5 mètres sur 8 mètres.

Plantée à l'emplacement de l'ancien cimetière, une agréable rangée d'arbres précède l'entrée de l'église. Une modeste porte basse donne latéralement accès au sanctuaire dont on atteste la fondation dès le début du XI' siècle. Elle fût mentionnée dans des archivres dès 1058.

Comme la plupart des églises du canton, celle-ci fut élevée en maçonnerie de pierres, percée de fenêtres ogivales. Tous les contreforts sont en grès.

Des seigneurs toujours présents

Intérieurement, une large pierre tombale force l'attention dès l'entrée. Elle était originairement encastrée dans le pavage du chœur, et fut relevée au XIX'siècle par mesure de protection.

Ainsi préservé de l'oubli, Jacques de HAVARD, châtelain de ce lieu, qui trépassa en 1500, s'impose toujours là, auprès de sa dame, dans une attitude de prière.

Une autre pierre tumulaire perpétue la mémoire d'un abbé de SENANTES, décédé au siècle suivant. Mais il est maintenant impossible de déchiffrer les inscriptions identifiant un noble capitaine inhumé au centre de la nef en l'an 1521.

Des traces de litre funèbre, et des inscriptions généalogiques, renforcent encore l'impression de survivance souhaitée par la famille HAVARD qui posséda la seigneu-rie de SENANTES pendant plus d'un demi-millénaire...

Une extrême sobriété

Les croisées géminées projettent une lumière blanche sur quelques statues polychromes. La plus remarquable est une statuette de bois, représentant Saint Jacques assis. Elle a fait l'objet d'un classement.

Provient-elle d'un ancien sanctuaire ? On dénombrait jadis trois paroisses à SENANTES : Saint-Pierre, Saint-Aignan, et Saint-Jacques.

La voûte en bardeaux du XVII' siècle fut refaite, il y a peu d'années. Les bancs furent remplacés par d'autres. En 1972 les murs intérieurs furent ravalés. La réfection récente du carrelage fit apparaître au jour un grand nombre d'ossements...

Ces inévitables campagnes de travaux firent condamner l'ornement superflu.

Le devant de l'autel, constitué d'une may beauceronne, représente les quatre évangélistes qui ont été sculptés par Ivan Levesque. Les vitraux sont plus récents et ont été réalisés par l'atelier Loire de Chartres; un de ceux-ci a été offert par une famille de paroissiens reconnaissants et montrant ainsi que l'église est toujours vivante.

La chapelle Sainte Geneviève et la fontaine

Plus que l'église paroissiale, c'est la chapelle dressée dans un site champêtre qui a, de temps immémoriaux, attiré la foule des fidèles. Elle fût construite sur un site druidique bien connu des archéologues.

Elle fut placée sous le vocable de SAINTE GENEVIÈVE, fort honorée au Moyen-Age. Elle abrite une source, la fonatine de Coudray.

senantes 2Cet édifice bas, de petites dimensions (14 m sur 5 m) prend assise dans les eaux d'un ruisseau qui se jette, non loin de là, dans la Maltorne. Les anciens attribuaient à cette source druidique de grandes vertus thérapeutiques. Et l'obtention des guérisons donnait lieu à tout un rituel extravagant.

Depuis une quarantaine d'années la source a-t-elle cessé d'être « miraculeuse » ? Les cantiques, les processions, les grands pèlerinages d'antan qui réunissaient là des milliers de croyants font désormais partie d'une époque révolue.

On y venait de très loin faire pèlerinage, et ce jusque dans les années 1960, pour y boire son eau pure et miraculeuse.

Un pèlerinage avait lieu tous les vendredis du mois de mai.