(en savoir plus)
Nous vous proposons de méditer sur les Lectures du jour

emailsparoisse.stejeannedefrance@diocesechartres.com

flecheRed  L'église Saint Cyr et Sainte Julitte (Ouerre)


 

Sous le vocable de SAINT CYR et de sa mère SAINTE-JULITTE (ou Sainte Julienne),  la paroisse d'OUERRE était constituée antérieurement au XIIIème siècle, époque à laquelle il est fait mention, de 92 paroissiens selon les archives du diocèse.
Construite en maçonnerie de silex, l'église, qui fut longtemps au centre d'un cimetière, est un sobre et grand bâtiment de 30 m de long sur 9 m de large.
Au nord, elle a pour ornement une élégante tour quadrangulaire aux puissants contreforts de grès qui, sur une base de 20 mètres carrés, s'élève à 24 m du sol.

L'intérieur

Une haute voûte en bardeau accentue l'apparence imposante du sanctuaire qu'éclairent neuf fenêtres garnies de Le clocher de l'église d'Ouerre vitraux, dont trois sont de facture moderne, et six sont datées de 1902.
La nef est meublée de bancs clos. Des boiseries réchauffent les murs. Le tour du choeur est enrichi de stalles. Au-dessous des sièges relevables, chaque console (dite "miséricorde") est très adroitement sculptée.
Cet ensemble bien entretenu a fait l'objet d'un classement des Beaux-Arts.
Par son élégante légèreté, une table de fer forgé présente l'avantage de ne pas dissimuler le solennel maître-autel qu'elle remplace.

Des ornements originaux

Placé au-dessus du banc d'oeuvre, un panneau de bois polychrome représente la Vierge, debout sur un dragon. Elle a des tresses noires que ne couvre aucun voile, et considère avec sévérité l'Enfant-Jésus qu'elle porte sur le bras droit (ce qui est contraire à l'usage). Cette étrange interpréta tion s'éloigne de l'image qui nous est familière à travers la statuaire locale.
De chaque côté du maître-autel est appliqué un groupe de trois blasons dont la provenance est incertaine. Ces armoiries auraient appartenu à des familles titrées, qui possédèrent, jadis, les fiefs d'OUERRE et de PREMONT.

Une chapelle oubliée

Un cloisonnement de bois isole désormais la base carrée de la tour qui donne accès à l'escalier.
ouerre 4Des raflinements architecturaux révèlent qu'autrefois s'y trouvait une chapelle largement ouverte sur la nef. On y rouerreemarque le fronton d'un retable. Le sol a été dépavé, et la présence d'ossements anciennement mis à jour, tend à prouver qu'il s'agirait d'une chapelle funéraire réservée aux seigneurs du lieu.

Une horloge délicate

Si l'on peut, maintenant, actionner la cloche à l'aide d'une commande électrique, l'horloge du beflroi, quant à elle, réclame des soins précis et réguliers.
Le mécanisme fut construit en 1841. Il marque les heures, sans faiblir, depuis le mois de juillet de ce lointain été où les villageois assistèrent au déroulement de son installation.
Son système à corde de chanvre (de 50 m de longueur) exige, hebdomadairement, une stricte ponctualité. Il faut, en effet, remonter la corde pour assurer le mouvement des aiguilles... et deux fois par an le changement d'heure complique cette opération !
Mais, néanmoins, n'est-ce pas appréciable que de mesurer la marche du temps sur le cadran d'une vénérable horloge dont la fidélité ne doit rien au progrès ?