(en savoir plus)
Nous vous proposons de méditer sur les Lectures du jour

emailsparoisse.stejeannedefrance@diocesechartres.com

flecheRed  L'église Saint Chéron (Coulombs)


 

Coilombs1Cette église a été construite dans les dernières années du XVII siècle par les religieux de l’abbaye royale Notre Dame de COULOMBS afin de séparer l’église paroissiale de l’église abbatiale.
Consacrée le 15 Janvier 1701 et dédiée à Saint CHERON, la modeste église a survécu à la tourmente révolutionnaire alors que la puissante église abbatiale a été livrée à la pioche des démolisseurs en 1816. Il ne reste rien de la décoration d’origine. Lors de la révolution, l’église a été fermée au culte en 1792 puis a pris le nom de Temple de la Raison pour un usage civil avant d’être transformée en atelier à salpêtre. Avec courage, les femmes du village ont vivement manifesté pour la réouverture de leur église.

Le bâtiment n’a pas subi de profondes transformations par rapport à sa construction . Le porche en bois d’origine, trop vétuste, a été remplacé en 1861 par un porche en maçonnerie qui s’adapte merveilleusement à la façade du bâtiment avec sa niche renfermant Saint CHERON. Le clocher a été restauré en 1901 et il a été modifié dans une forme plus élancée. La façade a également subi une restauration en 1901 et la pierre de la pointe porte cette date. En 1998, façade, clocher et toiture ont à nouveau été restaurés . Intérieurement, l’abbé GATINEAU a fait construire en 1887 une voûte en briques qui cache ce qui reste de la voûte primitive en bardeaux.

Avec l’aide de généreux donateurs , il avait fait poser de magnifiques vitraux tous détruits lors du bombardement du 18 Juillet 1944 . Des vitraux modernes de l’atelier COT DEZANDE de MAINTENON ont été installés en 1961. Ils représentent Saint CHERON ( au dessus de l’autel ), Sainte HELVISE ( à droite ) et la SAINTE VIERGE ( à gauche ).

Coulombs-statueUne partie du mobilier provient de l’abbaye . En 1816, l’abbé AMAS a racheté sur ses deniers un grand nombre d’objets aux démolisseurs de l’abbaye : les deux statues représentant Saint BENOIT et sa sœur Sainte SCOLASTIQUE  , les deux bustes reliquaires de Sainte HELVISE et de Sainte GEMME, l’autel de la Chapelle de la VIERGE et le groupe de la nativité. Cette remarquable œuvre attribuée à Michel ANGUIER ( 1612-1686 ) avait été offerte à l’abbaye par la Reine Anne d’AUTRICHE épouse de LOUIS XIII vraisemblablement lors d’un pèlerinage avant la naissance du futur LOUIS XIV. Dans le chœur , un Saint FIACRE en bois fait face à une autre statue en bois non identifiée . Quelques statues plus modernes en plâtre complètent la décoration . Le chemin de croix béni en 1946 est l’œuvre de Gabriel LOIRE de Chartres. Il a remplacé celui mis en place en 1868 par l’abbé LEPROUST qui orne aujourd’hui l’église de SENANTES.

Le chœur renferme un autel de style renaissance sculpté installé par l’abbé GATINEAU en 1886 . Le bas relief représente les disciples d’EMMAUS qui reconnaissent Notre Seigneur JESUS CHRIST à la fraction du pain . Les boiseries du chœur datent de 1887. Avant 1970, le chœur était fermé par des stalles et une grille. Les stalles ont été posées de chaque côté de l’autel en 1998 .
La chapelle des fonts baptismaux est fermée par l’ancienne grille du chœur . Les fonts baptismaux sont ceux de l’église des PINTHIERES achetés en 1815. Le tableau au dessus de l’autel de cette chapelle provient de l’église de VACHERESSES les BASSES et représente Saint ELOI.

Dans la chapelle de la Vierge, un second tableau représente Sainte GEMME sur un bûcher ( peint par BILLAUT de DREUX ). Sous le tableau , le meuble est un ancien oratoire de la sacristie. La porte du confessionnal provient du cabinet de l’abbé D’ESPAGNAC qui a dirigé l’abbaye de 1761 à 1781.

Dans la nef, la chaire a été construite en 1807 par Rémi GODEFROY,  menuisier à COULOMBS. On remarque , près de la chapelle des fonds baptismaux, une porte redécouverte lors des travaux de ravalement extérieur. La même porte existe en face non dégagée. Ces portes latérales permettaient de sortir les corps après l’office des morts pour les inhumer dans le cimetière qui se trouvait autour de l’église encore en 1877 avant d’être transformé en place. Les bénitiers en bois des piliers ont été sculptés par Pierre NEVEUX, ébéniste à COULOMBS, en 1942.

Scellée au mur du fond, la tombe de Philippe, curé de SENANTES, décédé en Mai 1272, a été découverte à l’emplacement de l’ancienne église de l’abbaye en 1870.

Dans le chœur , est encastrée la tombe en marbre de l’abbé D’ESPAGNAC , fondateur de l’Hospice Saint JACQUES. Pour honorer ce bienfaiteur de la population de Coulombs , une pieuse cérémonie a eu lieu pour transférer sa dépouille en 1816 de l’abbaye à l’église paroissiale . Le même jour ont été transférées les dépouilles de la famille de BREZE : Charlotte de France, fille du Roi Charles VII et de sa favorite Agnès SOREL et sœur du Roi Louis XI , son mari Jacques de BREZE , Le cœur de Louis de BREZE, mari de Diane de Poitiers et Etienne de BREZE , abbé de Coulombs . La tombe creusée dans la chapelle des fonts baptismaux n’est pas visible .
Le clocher contient deux cloches nommées Léonarde Suzanne ( 1765 ) et Marie Françoise (1848 ). L’horloge a été installée en 1862 par BORREL .

Une plaque sur le mur du fond rappelle le lourd tribut payé aux deux guerres mondiales par les enfants de Coulombs et les victimes civiles.